Marche et crève

Nuit balayée par un vent violent, les baches suspendues à l'échaffaudage se tordent se froissent et tapent contre les tubes métalliques, impossible de fermer l'oeil, impossible de me lover dans un sommeil vierge et silencieux. Nuit agitée, comme si le vent n'avait fait que traverser mon esprit d'une oreille à l'autre, des heures durant... Réveil 5h30. Au pas de charge, je fonce vers la gare. Lumière bleutée du matin, quelques pigeons sur les quais déserts, des âme errantes, valise à la main, les yeux rivés sur le panneau lumineux des départs. J'achète des journaux - rituel -, puis grimpe dans le train qui entame peu après sa course folle dans la pénombre de l'aube. Deux heures plus tard j'arrive à Reims, le jour s'est levé. Le vent continue de souffler, de tourbillonner, les nuages épars dans le ciel bleu défilent. Je traverse la ville, superbe, et me nourris de la beauté des architectures, je me sens bien - si seulement il n'y avait pas ce fichu vent ! -. Je m'arrête un instant pour prendre une photo, puis continue ma course. Le vent se déchaîne, un panneau de travaux manque de me tomber sur la figure, je commence à avoir froid. J'arpente les rues à grandes foulées. Une demi-heure plus tard me voilà arrivée. Personne. On m'informe que le colloque a lieu à l'autre bout de la ville ! A bout de souffle, je rebrousse chemin, cherche en vain ma route, tourne en rond - toujours les mêmes rues, Clovis, Jeanne d'Arc, et puis le grand Théâtre, comme un manège sans fin. On m'indique telle direction, je me retrouve au bout d'une rue barrée par les pelleteuses. Sable mouillé collé sous les pieds, cheveux décoiffés par la bourrasque, je continue, coûte que coûte. Les bus contournent les chantiers, arrêts introuvables, longues minutes de marche, lourde, mes bronches râlent, c'est sûr que je vais choper la crève. Je finis par prendre un bus, qui m'amène à l'extrême sud de la ville. Affalée sur mon siège, je regarde la cité. Basilique dorée par le soleil sur fond nuageux - bleu foncé -, à nouveau la rue Clovis et le Théâtre, la Cathédrale, splendide, massive, des fontaines, des passants, et le soleil réapparaît. Hôpital. Le colloque a commencé depuis une heure. Je m'installe dans l'amphi plein à craquer.
C'est sûr que je vais choper la crève...