I have a dream !

Je rêve d'espace et de liberté.
Exit le parquet qui grince, le claquement des portes, la kitchenette-cage-à-poules, les pas des voisins, leur rire et leurs amis, la litière du chat dans la baignoire, les bouteilles lancées dans le contenaire à verre dans un fracas hérissant, la crasseuse jardinière, fade et fânée, bourrée d'ignobles parasites, les camions Monoprix et ceux des poubelles qui stagnent devant la fenêtre, tôt le matin, les amas de paperasse – pas la place, la tévé de la voisine noctambule et sourde, et l'autre qui dévale les escaliers sur les talons, le ravalement de façade, les ouvriers devant la fenêtre de la kitchenette, Melody qui râle et le chat qui s'ennuie à en gober les mouches.
Je rêve de poser mon cul sur l'herbe, de marcher sur du carrelage, d'entendre les oiseaux et les rires de Samuel et Lou, de dormir dans le silence et l'obscurité, je rêve de voir la couleur du ciel, d'écouter de la musique très fort, de planter du persil et de la ciboulette, d'avoir de la place pour ranger le bordel et préparer des petits plats, je rêve de lire au soleil, de voir courir le chat, d'embrasser la liberté.