Conversation ordinaire

Jeanne :

Oh, mais je ne meurs pas dans mes rêves. Je doute d'ailleurs qu'on puisse mourir dans un rêve, ou alors le rêve s'arrête.

Melody :

Petite objection : on peut mourir dans un rêve.
J'en ai fait l'expérience une nuit, alors que je tombais du haut d'une tour. Je voyais défiler les étages, pas de retour possible pensais-je. Lorsque j'arrivais à vive allure à quelques mètres de sol (au moment où en général on se réveille), je me posais la question : on continue ou on arrête ? Ma conscience me murmurait à l'oreille : bon, c'est toujours pareil, on voit jamais la fin du rêve, alors pour une fois, allons jusqu'au bout !

Ok, alors... on continue.

Je voyais le sol s'approcher s'approcher s'approcher, quand...SCHLAFF !!! Ecrasée par terre comme une mouche sur un parebrise. Et là, silenzio... Plus un bruit. Plus rien. Le noir le vide le néant . "Alors je suis morte ?" pensais-je. Je vérifiais si chacun de mes sens avait bel et bien disparu, j'étais presque satisfaite "Si c''est ça la mort, nous devrions mourir tous les jours tant c'est agréable !"

Mais à ce moment précis, un fourmillement insupportable attaqua mes pieds, et remontai dans mes jambes, de telle sorte que tout mon corps fut peu à peu assailli par une douleur aigüe atroce, abominable, inhumaine. J'allais exploser tant c'était insupportable, mais à ce moment là je décidai de me réveiller.

J'avais des fourmis dans les jambes.

Jeanne :

Incroyable. Merci pour l'objection. Vraiment incroyable. Quel cran vous avez eu.