Le chat à poêle

J'ai bondi en voyant le chat vivant ce matin.

Rêvé que je le faisais cuire dans une poêle à frire, la bête avait les 4 pattes en l'air et attendait patiemment l'instant fatal, mais que nenni, à part son dos qui cramait littéralement, le chat paraissait tout à fait calme. Plaques de poils caramélisées, je décidais de le retourner, comme on le fait avec une bonne tranche de viande. Il se retrouvait alors assis sur ses pattes, le regard bien éveillé, peut-être un tantinet étonné : Mais, que me veut-elle...? Rien à faire, il ne voulait pas cuire, je ne pouvais pas m'en faire un festin. Je retirais la bestiole à moitié brûlée de la poêle, inspectais ses coussinets - qui avaient quasiment fondu -, et là, pincement au coeur. Ce chat ne doit pas être très heureux à l'instant présent, il doit même souffrir, me disais-je intérieurement.
A ce moment précis, le dit chat s'installe sur mon ventre et se met à ronronner... Sursaut.
Il est 8h00...

*
Il y a quelques semaines le chat a en effet mis les pieds dans le plat, plus précisément ses pattes dans la poêle brûlante (et pleine d'huile), il a assez rapidement compris que s'il ne bougeait pas il prenait un risque important, il a bondi et galopé dans l'appartement, badigeonnant d'huile moquettes et parquets. Après inspection de ses coussinets, il s'est avéré que Monsieur le Chat aurait pu se faire très mal, puisque le bout de ses coussinets avait commencé à fondre... Plus de peur que de mal.

*
Moralité :
"Chat échaudé met des moufles."