J'ai oublié

Samedi réjouissant. Achats compulsifs Sous le sable, une livre de cerises, des livres de bêtises, One trip one noise, les yeux collés aux étalages comme une gamine devant une vitrine de jouets ; et puis vendredi soir, envoyé une carte postale avec des chats, avec écrit Bonne Fête Mum et à la verticale de chaque première lettre Bibliothèque François Mitterrand ça ne veut rien dire c'est ça qui est bien ma mère en rira autant que moi c'est-à-dire pas-énormément, c'est ça qui est bien. Et puis j'ai regardé le chat et je me suis dit Je vais le sortir, alors, comme une gamine je l'ai emmitouflé dans mon sac et me suis promenée, il avait l'air satisfait, le chat, regardant les gens avec ses yeux béants, contemplant les pigeons avec ses grands yeux ronds. Et puis on a acheté des pastilles parfumées pour le bain, et à 1h du matin, comme des gamins, on s'est amusé, de bulles et de mousse, et puis on a ri.
Et puis y a eu ce train, y a eu cette gare, tous ces gens, l'endroit même où j'avais voulu... oui, quelques semaines auparavant. Ca me paraît si loin, déjà, pourtant. Du bruit, des regards en raffale, et des mots, plein de mots prononcés pour rien, ou pour si peu. Des gens hagards, quelques brouillards, ça et là, des tas de valises et puis des sacs déposés, des fardeaux affalés. Et puis ce va-et-vient perpétuel, et cette horloge qui ricane au-dessus de leurs têtes d'enfants, elle se moque, elle s'impose, elle rassure, elle affole, on l'épie on la guette, on voudrait qu'elle s'arrête...
Et puis comme un éternel refrain nos regards qui se frôlent, des paroles qui s'envolent dans cet air de grisaille, et sa main angoissée que je serre dans la mienne, les perles de sueurs sur son front agité, je les bois, et ses caresses je les mange il me manque déjà... je n'aime pas les trains quand ils séparent avait-il dit au mois d'Août.
Et puis il s'est éloigné, et je suis restée là, noyée dans notre amour, perdue là sur ce quai, attendant déjà son retour...

Je ne t'en veux pas
Je ne te vois pas
Et j'ai oublié
Qui tu étais

Qu'est ce que j'ai bien pu faire
De ce souvenir
J'ai oublié

Je ne t'en veux pas
Je ne te vois pas
L'histoire de ce train
Ne me dit rien

De quoi nous avons parlé
A la fin de l'été
J'ai oublié
J'ai tout oublié

Oublié