Mon frère

Marcelle,
Si j'avais des ailes,
Je volerais grâce à elles,
Marcelle,
Vers la plus belle
Des jouvencelles,
Celle qui a pris mon cœur :
Ta petite sœur...
Poum ! Poum !

Et nous chantions à tue-tête, mon frère et moi, dans la campagne beauceronne, nous pédalions à toute allure dans la grande rue du village, les cheveux au vent, nous saluions les paysans et criions pour exciter leurs chiens. Mais maintenant, où est-il l'été ? Où sont passés l'idole et l'enfant ? La question ne se pose pas. T'as pas tout dit, sentimental bourreau, mon frère, petit homme qui vit d'espoir. Plus de méli-mélodie, le beau voyage est terminé, nous sommes loin, in the desert.